Plus Belle La Livraison ! Journal de bord #1 d’un économiste

Plusbellelalivraison-1-cover

Découvrez les métiers du bâtiment autour d’un chantier. Chaque mois, immergez-vous dans les aventures d’un professionnel de la construction. Passions, challenges, défis, mettez-vous dans leur peau et déchiffrons ensemble leur quotidien. Des histoires et personnages fictifs, inspirés des acteurs d’aujourd’hui, qui bâtissent l’avenir de demain.

Dans ce journal de bord, ce sont les paroles de Franck De Bré, économiste de la construction. Il nous confie ses péripéties sans « chichis ». Comment va-t-il s’en sortir face aux épreuves de sa profession ? Lisez sans plus attendre ce premier épisode dédié à son profil.

Le 17 mai 2022, Franck De Bré, économiste de la construction chez Promotion du Sud depuis 6 ans

Ravi de vous révéler mon quotidien et de vous partager les péripéties que je rencontre et comment je les vis. À l’heure actuelle, je gère l’appel d’offres d’une opération immobilière qui se construira prochainement à Toulouse. Il s’agit d’une opération de cinquante logements sur deux bâtiments. Intitulé le programme “Zénith”, la livraison est prévue dans environ 4/5 ans. Vous me direz au premier abord : “Oh ! Il y a de la marge !”. Mais non, au vu de tout ce qu’il faut rassembler et examiner comme informations, ce n’est pas une mince affaire. Et pour assurer le succès de l’opération, je dois absolument être pertinent et rigoureux dans le choix des entreprises et des matériaux retenus dans ce projet immobilier. La flambée des coûts des matériaux et la pénurie de main-d’œuvre ne laissent pas de place à l’improvisation actuellement.

Économiste de la construction ? C’est-à-dire ?

Comme le nom l’indique, je suis responsable de l’économie d’un projet de construction. J’élabore le dossier administratif et technique du projet (sorte de cahier des charges). Je jongle entre les coûts et les ressources disponibles. Je dois travailler sur des prévisions minutieuses au niveau des coûts et prendre en compte les différents aspects techniques donnés par l’architecte. Le but étant de définir les ressources nécessaires du lancement des travaux à la livraison. 

Aujourd’hui, je bénéficie du calme des bureaux. J’attends que mon café soit chaud pour dérouler les quelques premières pages du chantier à venir. Tel qu’il m’a d’abord été confié par l’architecte du projet, avec les directives pour rédiger le Dossier de Consultation des Entreprises (DCE). Le délai donné pour le rédiger sur l’appel d’offres est de quatre mois (je dois anticiper afin de ne pas prendre de retard sur le lancement des travaux).

…deux mois plus tard, le DCE est presque prêt à être diffusé ! 

Une fois les informations rassemblées dans le DCE, les travaux ne se font pas tous seuls. Nouvel objectif : retenir les entreprises pertinentes qui exécuteront le chantier : gros œuvre, plomberie, électricité, menuiserie, etc. (regrouper sous des lots).

Rien que de penser à rechercher dans mon vieux carnet d’adresses tout griffonné les entreprises qu’il faut contacter, j’ai mal à la tête. Je tente de regarder sur mon ordinateur s’il ne traîne pas des fichiers Excel, mais je suis perdu dans toutes les données qui datent peut-être d’il y a plusieurs années.

J’ouvre une page Google. Me voilà devant une grande page blanche et vide, je ne me sens pas d’attaque à jouer les TripAdvisor et à fouiller chaque avis, jusqu’à pas d’heure.

Ouf ! Heureusement, un collègue croisé dans le couloir vient de me rappeler que nous disposons d’un annuaire partagé de contacts par corps de métier. Il est enrichi en permanence par toute l’entreprise (tous les métiers l’alimentent). Je peux consulter leurs avis sur de précédents projets pour sélectionner les bons partenaires pour mon projet. Il s’agit d’une nouveauté au travers d’un logiciel récemment adopté dans ma société. Celui-ci me permet de suivre les réponses des entreprises. Quel gain de temps ! 

Selon les offres reçues, je peux faire des projections des coûts, estimer les temps. Et en plus signer rapidement de manière sécurisée par la signature électronique !

Je me replonge dans mon passé, ce qui m’avait amené à devenir économiste autrefois. Cela fait déjà 8 ans que j’exerce le métier et je ne m’en lasse pas.

Jouer avec les chiffres a toujours été un plaisir pour moi. Faire des analyses de marché, concevoir la faisabilité et planifier en dernier l’exécution des travaux sont des tâches qui animent pleinement mon quotidien. 

Quantifier et optimiser les matériaux nécessaires pour la construction ainsi que leur coût a toujours été une activité divertissante. Similaire à une stratégie de plateau et de logistique, il faut tout lister, coordonner avec précision pour assurer le bon déroulement des travaux. 

Et même durant les travaux, j’ajuste, je prévois en permanence en fonction des imprévus pour toujours atteindre les objectifs fixés. En revanche, ce qui me déplaît dans mon travail, c’est la lourdeur administrative, la quantité astronomique de documents à fournir dans le CCAP ou le CCTP, même pour un marché privé ! Heureusement, la dématérialisation de l’appel d’offres permet d’éviter de couper des arbres pour imprimer et envoyer le DCE aux entreprises ! 

Avec cette vue en hauteur que j’ai dans mon métier, je me distingue parfois comme chef d’orchestre. Je visionne en avance l’articulation du projet. J’imagine déjà le maître d’œuvre, les artisans des différents corps de métiers et d’autres interlocuteurs coopérer. J’interviens autant pour du collectif, que pour un chantier de travaux publics, dans la construction neuve ou dans la réhabilitation.

Comment déterminer les bons interlocuteurs et échanger avec eux ?

Avant cette solution digitale, faire la liste des entreprises que je souhaitais consulter dans la région était long. Maintenant, grâce à mes précédents projets et ceux de mes collaborateurs, je possède déjà une base de données des entreprises, sans devoir trier les contacts sur Excel. Je sélectionne directement les entreprises en fonction de leur géolocalisation sur Google ou d’autres critères prédéfinis ! 

Grâce à l’application, je mets directement le DCE en ligne. Ensuite, j’étudie les propositions des entreprises et je fais mes propres simulations. Le tableau de bord est pratique, je visualise les réponses des entreprises et j’ai un aperçu du coût par lot. Je sélectionne les entreprises qui m’intéressent, j’obtiens des prévisions précises pour faire le bon choix ! 

Cela permet de donner aux entreprises une réponse rapide sur la viabilité ou non de l’offre sans remplir ma boite mail. Mais aussi d’ajuster le projet en fonction des réponses reçues.

Tout l’appel d’offres est géré depuis cette plateforme. Je gère mieux l’information et j’évite de passer tout mon temps derrière la photocopieuse… Voilà une mission réussie 🙂

Suivez nos prochaines aventures sur nos réseaux, qui sortiront bientôt de cette websérie : Plus Belle La Livraison !

;